Vin de France & cépages

LISTE DES CÉPAGES
AUTRES DÉCOUVERTES...

Encyclopédie des Cépages de France

MOURVÈDRE
{ Vin Rouge } { Vin Rosé }

Rouge Rosé

Son origine
D’origine espagnole, et plus précisément catalane, le Mourvèdre a migré au Moyen-Âge vers les côtes françaises, où il a trouvé un climat similaire.

Ses arômes
Les vins de Mourvèdre jeunes sont marqués par des arômes de poivre et de fruits noirs (cassis, mûre) avec des touches végétales de garrigue ou de laurier. C’est en général au bout de quelques années qu’il s’épanouit, avec une structure plus ronde et aimable et en développant un riche registre aromatique. A la dégustation apparaissent alors des touches de truffe, de cuir, de fruits compotés (pruneau, mûre et myrtille), mais aussi de beaux effluves de gibier et d’épices.

Les vins qu'il donne
Le Mourvèdre permet d’obtenir des vins très colorés de très grande qualité, aromatiques, tanniques et structurés, aptes au vieillissement et à l’élevage sous bois à condition que la maturité soit suffisante (12 degrés naturels minimum) et que la production par souche soit limitée. Ce sont des vins amples qui ne manquent pas de finesse, surtout lors de leur vieillissement, en général au bout de cinq ans ; ils acquièrent alors une grande complexité.

Ses zones d'implantation
Le Mourvèdre est un cépage très méridional, et il est exclusivement cultivé sur le littoral de la côte méditerranéenne, de Perpignan à Fréjus. Il nécessite ensoleillement et chaleur, en particulier au cours de sa longue période de maturation. Dès que l’on s’éloigne de la côte, il peut avoir du mal à mûrir lors des millésimes frais. Le Mourvèdre est considéré comme un cépage améliorateur, c’est pourquoi les plantations ont progressé depuis les années 1970, lors des restructurations successives du vignoble français, par exemple en Languedoc-Roussillon. En 2006, 9200 hectares sont en production en France, contre, 860 en 1968.

Sa précocité
Tardif au débourrement, tardif en maturité, le Mourvèdre affiche un retard de 13 jours sur le Chasselas (cépage de référence) au débourrement. Il parvient à pleine maturité 4 semaines et demie après le Chasselas, ce qui en fait un cépage de la 3ème époque.

Sa vigueur
Plutôt vigoureux, le Mourvèdre est avant tout un cépage exigeant et de culture délicate. Avec son port érigé et son caractère acrotone –ses rameaux les plus hauts sont aussi les plus longs- il faut le tailler court. On optera pour une taille en cordons avec un palissage réduit ou en gobelet suffisamment ouvert. Avec le Mourvèdre, il faut veiller à préserver le feuillage qui est peu abondant et moyennement efficace : on évitera ou limitera les rognages d’été. Il faut aussi limiter la présence de grappillons de plus ou moins grosse taille, qui constituent alors une compétition gênante pour les grappes principales. Par ailleurs, la production par souche doit être assez faible pour éviter tout risque d’épuisement du plan. Ce cépage présente parfois des phénomènes d’alternance, avec des années plus ou moins fertiles, ce qui est peu marqué en général pour la vigne par rapport à d’autres espèces comme les fruitiers. Le Mourvèdre est une star un peu difficile.

Les sols qu'il préfère
Là aussi, le Mourvèdre est contraignant. Il exige des sols calcaires suffisamment profonds et argileux pour lui donner de la fraîcheur et lui permettre une alimentation hydrique limitée mais régulière. La nutrition potassique et magnésienne (K/Mg) doit également être équilibrée car il est sujet aux carences en ces deux éléments, qui perturbent son métabolisme et sa production.

Son climat idéal
Le facteur limitant principal pour la culture de ce cépage à cycle tardif, concerne les températures au moment de la maturation ; elles doivent être très élevées (en particulier les températures minimales nocturnes) pour permettre un bon déroulement de la maturation et une accumulation suffisante de sucres dans les baies. Ce cépage est donc à réserver aux zones méridionales les plus chaudes et les mieux exposées. Par exemple à proximité du littoral méditerranéen.

Sa sensibilité aux maladies et ravageurs
Le Mourvèdre N est sensible aux acariens, aux cicadelles, à l’Esca. Il est par contre généralement peu sensible à la pourriture grise et résiste bien à l’Excoriose (maladie du bois).

Ses utilisations
Raisin de cuve, il est uniquement utilisé pour produire du vin.

Le reconnaître
Pour reconnaître le Mourvèdre, on peut s’intéresser à ses rameaux, qui ont un port érigé avec des entre-nœuds de couleur rouge. Les feuilles adultes ont une forme orbiculaire, et sont entières ou à trois lobes, avec un sinus pétiolaire en lyre et ouvert. Les dents sont grosses, et moyennes par rapport à leur largeur à la base, à côtés rectilignes. Les nervures affichent une pigmentation anthocyanique moyenne ; le limbe est bien plan et, à la face inférieure, on remarque une forte densité de poils dressés et couchés. Les grappes du Mourvèdre sont de taille moyenne à grosse et les baies, arrondies, ont une taille moyenne également.

Clones commercialisés
Les treize clones agréés de Mourvèdre (précisément dénommé Mourvèdre N) portent les numéros 233, 234, 244, 245, 247, 248, 249, 369, 448, 449, 450, 520 et 1069. Un conservatoire de plus de 100 clones est installé dans le vignoble de Bandol (Var) depuis 2004.

Ce site est réservé aux personnes majeures
Je suis majeur(e) Je suis mineur(e)

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé