Vin de France & cépages

LISTE DES CÉPAGES
AUTRES DÉCOUVERTES...

Encyclopédie des Cépages de France

COLOMBARD
{ Vin Blanc }

Blanc

Son origine
D’après les analyses génétiques, le Colombard provient d’un croisement entre le cépage Gouais blanc et Chenin Blanc, deux cépages issus du Centre et de l’Ouest de la France.

Ses arômes
Le Colombard est un très apprécié pour ses notes de Citron vert, de pêche et de nectarine. Parfois une touche de pamplemousse vient compléter cet accord fruité très gourmand.

Les vins qu'il donne
Le Colombard permet d’élaborer des vins plaisants, car très aromatiques, et avec une bonne structure acide. Il convient de les boire jeunes, pour apprécier leur vivacité très apéritive et leurs arômes fuités.

Ses zones d'implantation
Il est cultivé principalement dans le département du Gers et dans tout le Sud Ouest de la France, y compris dans le bassin viticole charentais. Après avoir décru jusqu’en 1998, en raison du recul des ventes de spiritueux, les surfaces plantées en Colombard progressent à nouveau, et atteignent 7500 hectares environ, de plus en plus consacrées à l’élaboration de vins tranquilles.

Sa précocité
Le Colombard débourre 2 jours après le Chasselas, cépage étalon. Mais c’est surtout en fin de maturation qu’il est tardif, avec une maturité atteinte 3 semaines après celle du Chasselas. Le Colombard est donc un cépage de 2ème période.

Sa vigueur
Le Colombard est un cépage fertile, très vigoureux et productif. Il peut être taillé long ou court selon les objectifs de production. Pour les vins tranquilles, on préférera une taille courte afin de limiter le rendement et obtenir des raisins plus riches. La taille est difficile, car il produit des bois durs.

Les sols qu'il préfère
Les sols calcaires et même argilo-calcaires lui conviennent bien, comme c’est le cas dans le Sud-Ouest de la France.

Son climat idéal
Le Colombard est un cépage de climat tempéré mais chaud. Il est à l’aise en zone atlantique à été et fin d’été chaude car il mûrit tardivement. Il est peu résistant à la sécheresse et à besoin d’un apport régulier en eau. Pour cette raison, il préfère les vignobles du Sud Ouest à ceux du Sud Est, qui sont trop secs pour son métabolisme.

Sa sensibilité aux maladies et ravageurs
Ce cépage est un peu sensible à l’Oïdium sur feuilles et à la pourriture grise à maturité des raisins.

Ses utilisations
Raisin de cuve, il est uniquement utilisé pour produire du vin ou de l’eau de vie (Armagnac, Cognac).

Le reconnaître
Les jeunes feuilles du Colombard sont de couleur jaune à plages bronzées. Ses feuilles adultes, orbiculaires à réniformes, sont entières ou à trois lobes avec un sinus pétiolaire très ouvert en V, des dents petites, sans pigmentation anthocyanique des nervures. Le limbe du Colombard est involuté et présente, sur sa face inférieure, une densité faible à moyenne de poils couchés et de poils dressés. Ses baies sont de forme elliptique courte.

Clones commercialisés
Les douze clones agréés de Colombard (précisément dénommé Colombard B) portent les numéros 551, 552, 553, 605, 606, 607, 608, 609, 625, 626, 695 et 938. Plus de 180 clones sont rassemblés dans deux conservatoires plantés en 1995 et en 2002 dans le département du Gers.

Ce site est réservé aux personnes majeures
Je suis majeur(e) Je suis mineur(e)

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé